Björn Ranelid

Publié le par élan

Ranelid1


Björn Ranelid


Je t'offre mes plus beaux mots


 

 

  Sur la jaquette de l’ouvrage, Björn Ranelid vient vers nous, le visage tourné vers son lecteur et, même si une partie de son visage reste dans l’ombre (comme s’il n’allait pas nous révéler tout de lui cette fois-là), il a enlevé ses lunettes de soleil qu’il tient dans sa main droite. Franchise et détermination semblent l’animer pour nous offrir 285 "aphorismes et métaphores" dans un ouvrage d’une grande beauté formelle, solide cartonnage, beau papier, illustrations bien choisies.


Bien sûr, on ne résume pas un ouvrage d’aphorismes. Un tel ouvrage ne se lit pas non plus comme un roman. Il faut le garder à portée de la main. L’ouvrir peut-être un peu au hasard, lire quelques textes, le reposer, pour mieux le reprendre plus tard et continuer l’exploration. C’est un livre à ne pas ranger dans une bibliothèque, mais à garder sur une table, dans une sorte de libre-service permettant à chacun, au fil de ses passages, de le consulter, découvrir, méditer.


Björn Ranelid parle ici de notre monde, un monde sombre ou plutôt un monde que l’être humain a rendu sombre. Un monde où "les pires bas-fonds ne se trouvent pas à l’extérieur de l’homme mais à l’intérieur." Un monde où l’on n’épargne pas les enfants qui "pressentent que vivre, c’est oublier lentement qu’ils ont une fois vu le paradis." Un monde où "le malheur s’infiltre par le trou du verrou ou par une vieille fissure dans le mur d’enceinte" pour faire tomber châteaux et citadelles que nous avons contruits pour nous protéger. Un monde de guerres, de batailles, de luttes. "De nos jours le cœur est plus tourné vers l’achat et la vente qu’il ne l’est vers l’amour. La guerre piaffe d’impatience devant le portail du pouvoir, alors que la réconciliation et le pardon devraient être les invités d’honneur." On l’aura compris, Björn Ranelid s’inscrit en véritable humaniste, même si la position n’a rien de confortable, même si elle est exigeante : "Rien sur terre n’a d’aussi grandes mains que la bonté. Elles étreignent le mendiant et le fou, mais nombreux sont ceux qui s’efforceront de lui arracher les doigts." L’art reste un moyen d’opposition et "les bibliothèques sont des trésors pour les démocrates et un musée des horreurs pour un dictateur." Dans les moments difficiles, "le livre constitue une pharmacie bienfaisante aux âmes fatiguées, égarées et attristées." Incontestablement, ce recueil est là pour nous le rappeler.


Édité en Suède, le principal problème du livre va résider dans sa distribution en France. On le trouve actuellement à la FNAC - Forum des Halles et on peut le commander dans toutes les autres FNAC (www.FNAC.com).

En Belgique, on peut se le procurer à la Librairie Filigranes, 38-39, Avenue des Arts, 1040 Bruxelles. Pour toute autre information, on peut contacter l’éditeur : beijbombooks.paris@gmail.com.

 

RANELID Björn - Je t'offre mes plus beaux mots : aphorismes et métaphores en suédois, français, anglais et allemand, trad. Françoise Sule, Beijbom Books, 2009, 143 p., 27 €, Suède.

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article