L'Élan a lu : Joanna Hellgren

Publié le par élan

 



Joanna Hellgren – Mon frère nocturne

 

Dans un mois, Jakob aura dix ans. La nuit, il reçoit la visite de son frère, Jakob, mort dix ans plus tôt, le jour de ses dix ans ! Jakob vit seul avec sa mère et, outre le temps passé à l’école, il ne fréquente guère que son professeur de piano. Un jour, en arrivant chez elle, il croise une autre de ses élèves, Miranda, avec qui il va sympathiser et qui va être la première personne à qui il parle de sa vie et à qui il confie ses angoisses. Il est né neuf mois après la mort accidentelle de son frère, renversé par un bus alors qu’il faisait du vélo. Aux yeux de sa mère, il ne sait plus s’il est vraiment lui où s’il est son frère. Suite au drame, ses parents se sont séparés. Miranda prend les choses en main, conseille à Jakob d’essayer de nouer des relations avec son père et l’encourage à prendre des initiatives, car il vit dans la crainte de l’accident que redoute sa mère qui le surprotège. Le jour de l’anniversaire de Jakob arrive et Miranda le force à faire du vélo. L’accident se produit, mais il n’aura pas les conséquences dramatiques de celui du " frère nocturne " du garçon.

 
Sur ses illustrations, dans un noir et blanc qui convient bien à la gravité de son sujet, Joanna Hellgren (Suédoise, née en 1981) nous donne là un ouvrage extrêmement prenant et d’une grande richesse psychologique, sous un aspect faussement minimaliste. L’auteur a, en particulier, très bien cerné la personnalité de Jakob, un enfant de substitution venu remplacer un frère mort accidentellement. Le gamin vit dans l’angoisse que l’histoire se reproduise et son angoisse va crescendo au fur et à mesure que la date fatidique approche. Le contexte est bien noté, le cocon dans lequel le fait vivre une mère angoissée et portant toujours les séquelles du drame passé le marginalise (à l’école, par exemple), tout comme le perturbent les faits et gestes de son frère qu’il doit reproduire pour lui ressembler le plus possible (le piano, par exemple). Il y a là de quoi troubler (il en perd le sommeil) un enfant qui finit par ne plus savoir s’il est lui-même ou son propre frère ! La solution, pour Jakob, viendra de la parole (il se confie à Miranda) et de la véritable thérapie qu’elle entreprend : de la recherche du père (le couple s’est séparé après le drame dont il a été jugé responsable, c’est lui qui avait offert la bicyclette fatidique) à l’épreuve finale symbolique (même si elle est " accidentelle ") : l’affrontement avec le bus dont Jakob sort, amoché certes, mais vivant. Une belle réussite.

 

HELLGREN Joanna – Mon frère nocturne (Min nattbror, 2006), trad. Joanna Hellgren, Cambourakis, 2008, 104 p. 15 €, Suède.

 

Publié dans Littérature

Commenter cet article